Jean-Pierre Khati était sur le campus de Tours à l’ESCEM mardi soir – le 11 février 2020 – afin d’évoquer les enjeux du Management Patrimonial de Marque ou Brand Heritage Management (BHM). Fort d’une expérience de près de 30 années dans la communication, le conférencier évoque à travers son secteur d’excellence, le luxe, les différents aspects et enjeux de cette précieuse ressource à travers de multiples exemples français et internationaux.

Innover tout en restant soi-même

Le Concepteur, Rédacteur et Directeur de Création affirme que « pour durer, une marque doit créer, s’adapter, évoluer et donc innover ». C’est ainsi que des marques parfois plus que centenaires ont su rester jeunes. De fait, poursuit-il, « l’innovation est intimement liée au savoir-faire traditionnel ». La marque doit pouvoir faire de son patrimoine matériel et immatériel une entité indémodable non seulement en respectant le sens de son activité, de sa raison d’être mais aussi en gardant la capacité de vivre dans son temps. Elle doit pouvoir enrichir son identité sans la dénaturer à partir des enjeux de société.
Les valeurs de l’entreprise s’inscrivent dans cette démarche telles un fil rouge dans l’Histoire passée et à venir de la Maison. Fortes et affirmées, elles forment avec l’héritage matériel et immatériel les piliers d’une famille. De manière externe comme interne, Jean-Pierre Khati explique que « Entrer dans une Maison, c’est entrer dans une famille. C’est hériter d’ancêtres et de lieux communs. C’est partager une Histoire, la porter, en faire partie, la poursuivre. ».

L’identité comme valeur ajoutée

L’incarnation de la marque à travers l’héritage de son fondateur ou de sa fondatrice lui donne une consistance, une humanité. Ainsi, le capital patrimonial est « vecteur de sens et porteur d’identité ». Dans le contexte actuel de mondialisation, la France – un des berceaux du Brand Heritage Management – possède une réelle longueur d’avance concernant cette valeur ajoutée désormais indispensable face au défi concurrentiel.