A l’occasion de la semaine de l’entrepreneuriat, l’ESCEM met à l’honneur les Escemiens et Escemiennes qui se sont lancés dans cette grande aventure qu’est la création d’entreprise !

Lise Couturier, promotion 2013 et fondatrice de Les Drêcheurs urbains lancé en 2019.

“Je suis Lise Couturier et j’ai fondé Les drêcheurs urbains en 2019. Après l’obtention de mon Bachelor à l’ESCEM en 2013, j’ai poursuivi mes études avec un Master en alternance qui me prédestinait à devenir consultante. Mes valeurs ont pris le dessus et j’ai suivi une année supplémentaire de spécialisation en environnement. C’est comme ça que j’ai découvert les drêches de brasseries (résidus humides du malt issus du brassage de la bière), qui se sont présentées comme une formidable opportunité d’entreprendre sur un sujet d’économie circulaire !

L’ESCEM m’a apporté une ouverture sur le monde qui m’a donné une expérience de vie à l’étranger incroyable. Ça m’a intrinsèquement apporté une ouverture d’esprit et appris à repousser mes limites. L’ESCEM m’a également permis d’entrer rapidement dans le monde du travail et de réaliser que quel que soit le métier que je fasse, j’ai besoin qu’il fasse sens. Avec le travail en équipe auquel m’a introduit l’ESCEM, j’ai appris que seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin. Toutes ces valeurs et cette ouverture qui m’ont été inculquées ont influencé où j’en suis aujourd’hui, où la curiosité, la créativité et la collaboration sont indispensables pour entreprendre et faire bouger les lignes.”

Baptiste Hasbrouk et Adrien Valentin, promotion 2009 et fondateurs de Petite Marelle – Location de jouets pour une consommation responsable lancé en 2019.

« Nous sommes Adrien Valentin et Baptiste Hasbrouck et avons créé Petite Marelle courant 2019. Nous nous sommes rencontrés durant nos études à l’ESCEM Tours. Nous sommes de la promo 2009.
Après nos études, nous avons pris des voies professionnelles différentes, le conseil pour Adrien et une voie plus financière pour Baptiste. Bien sûr avec les amis de notre promo, nous avons continué à nous voir après nos études à travers des vacances, des week-ends ensemble. L’ESCEM nous a également apporté une ouverture d’esprit et a stimulé notre envie d’entreprendre par des projets associatifs, des témoignages d’entrepreneurs, des jeux de création d’entreprise et de développement de business, …
Nos parcours professionnels respectifs nous ont ensuite permis d’affiner une réflexion sur notre volonté entrepreneuriale. En plus de nous former sur diverses compétences, nous avons également mûri pour nous sentir aptes (ou au moins essayer !) à créer notre boîte.
Il a fallu trouver un sujet qui nous tienne à cœur. Quitte à parler tous les jours de notre entreprise, autant que cela soit dans un domaine qui nous plaise à tous les deux ! En tant que consommateurs, nous avions conscience que les modes de consommation étaient en train d’évoluer : des achats de plus en plus responsables, des systèmes de location pour des produits qu’il était inconcevable de louer il y a encore 10 ans (vêtement, chaussure, téléphone, meubles…). Nous avions également en tête les montagnes de jouets possédés par les enfants dans notre entourage. C’est en combinant ces deux constats que nous avons créé Petite Marelle : le 1er concept de location de box de jouets éco-responsables.
Au-delà de notre complémentarité et de notre confiance mutuelle renforcée depuis nos années à l’ESCEM, nos études nous ont également permis de créer un réseau, condition sinequanone pour développer (ou au moins essayer !)
Petite Marelle. »

Julien Cuvillers, promotion 2011 et fondateur de Groupe Sogevest fondé en 2010 et The Bar Corner en 2016.

« L’ESCEM m’a apporté une vision pratique et concrète de l’entrepreneuriat à travers des projets comme la gestion d’une association étudiante ou la participation à des concours de création d’entreprise (Créa Campus par exemple). J’ai pu par exemple mettre en place une journée dédiée à l’entrepreneuriat au sein de l’école, réunissant plus de 500 participants en 2009. L’ESCEM a également accompagné la création de ma 1ère société en 2010 (et qui existe toujours). J’ai pu bénéficier de conseils et d’un hébergement. A travers le cursus proposé (Audit & Finance), j’ai également pu acquérir des réflexes pour la gestion d’entreprises. »

« Pourquoi s’être lancé dans l’entrepreneuriat ? Pour transformer ses rêves en réalité et apporter du service et des produits utiles et générateurs de valeur ajoutée pour les tiers. C’est une manière de contribuer à son échelle à l’évolution de notre société. L’entrepreneuriat est avant tout une passion et non un métier, une opportunité et non une contrainte. Pour monter son projet il est important de bien s’entourer avec des personnes plus compétentes que nous et d’être en phase avec les attentes réelles du marché. Cela nécessite également une indépendance intellectuelle en allant au-delà du message envoyé par les médias, les différents accompagnateurs et plus largement notre éco-système. N’ayez pas peur: lancez-vous ! »

Ewen Le Roux, promotion 2010 et fondateur de Numaterra !

« Je dirais que l’Escem m’a apporté la capacité à travailler en équipe et en réseau. La vie étudiante et associative de l’Escem m’a permis de rencontrer des personnes formidables qui sont des amis aujourd’hui. L’Escem a été une carte rassurante pour ma première embauche en CDI. »
« J’ai choisi de me lancer dans l’entrepreneuriat car je suis plutôt créatif et j’aime l’idée de pouvoir inventer quelque chose qui apporte un plus dans la vie des gens. J’ai aussi créé ma boite car j’ai eu le soutien et l’encouragement de mes proches dans ce projet. Enfin, j’ai surtout créé ma boite pour me construire un job fun, qui “vend du rêve” et qui me permet d’avoir des clients heureux de profiter de nos services…. Franchement, c’est le top non ? »